Car j’ai une belle âme qui me berce doucement merci ma belle âme tu me donnes cet élan qui  relance,
c’est sans prix,
c’est beau,
vois le tumulte de la source qui brusquement aveuglée se remet à jaillir,
reconnaissance à la puissance de l’existence,
l’eau de vie reprend sa route calmement, sans rien céder mais augmentée

Largement charrie la douceur dans la longueur

Que dire d’une émotion peinte, pourquoi les mots et ne pas prendre un crayon et tracer des grands traits, cela devrait suffire
Le peintre a pris la feuille et il a tracé des grands traits je fais pareil avec les mots je trace des grandes orbites et j’épie la peinture dans le miroir

miroir  l’eau clapote elle est froide je rentre dans le bain trempé comme une épée

sorti du feu
ton regard aussi parfois

8523935_1

Je ne suis pas en haut d’une montagne,

ni au bord d’un ruisseau

ni accroché aux pales d’un moulin

pas plus coincé dans la spirale du cahier

ni dans le ressort de la montre

Parfois je me fais l’impression d’être entre deux planche

un clou dans la chambre à air

mais c’est une illusion

je dois démentir

je ne vaux pas l’encre de mon stylo

j’ai dératés

dérapé

je ne fais pas de jeux de mots

de crocs en jambes

mes boyaux sont bien en place

et peu gonflés

ils ne sont pas la panse de brebis farcie

ni ni le chapeau du chevalier qui dit ni et veut un shrubbery

 

plus que la présence le choc violent de la pluie a interrompu la nuit
elle s’est mise a déverser un flot d’insultes, de coups bas elle était aidée par le vent
elle a essayé de m’atteindre dans mon sommeil et de fait je me suis réveillé
j’ai bien compris qu’elle m’en voulait d’ailleurs le rêve m’avait prévenu

Elle a tout inondé et j’ai du éponger

Un regard extérieur qui n’aurait pas été prévenu et réveillé par la pluie
n’aurait pas crié à l’assassin, tant de violence ne peut être fortuit
il aurait simplement fermé la fenêtre et bien sur, épongé.

Mes amis me diront « pense à fermer la fenêtre et ne laisse pas tout ouvert

Suppose qu’elle ne te regarde jamais ou pas,
suppose que la lumière du jour ranime ce feu éteint qui brûle dans l’ombre,
que tu ais froid, feu froid, my boy,
que tu ne respire plus
que tu t’éteignes sans orbite
ayant banni l’amour, qu’à jamais disparue la ligne des lignes de ta main se détache
ne t’enflamme plus
visage évanoui que tu recouvres de tes cheveux

Alors que je m’apprêtais à geindre, sans doute fatigué ou déprimé quelque chose dans la journée d’hier et qui me tient à cœur m’a mordu les fesses. J’ai eu un haut le cœur, j’ai sursauté. Se mettre en orbite, impulser un mouvement décisif et puis quand tout tourne pourquoi ce silence soudainement qui accompagne mon regard, no doubt il y a une rougeur et si l’orage est à l’extérieur même mes jambes flageolent et ne se montrent pas à la hauteur, mon sens de la dérision efface la tristesse et je reste sur les belles choses dites.